Les coulisses d’En Mode Avion #3

Samir en pleine routine matinale : se lever, faire son sac, démonter la tente et partir pour une nouvelle journée. Samir in the middle of the morning routine: getting up, packing, taking down the tent and leaving for a new day.

For the English version, see below.

Nous y sommes. 
Première session de montage où l’on attaque l’ours d’En Mode Avion. Rien à voir avec l’animal des Pyrénées, c’est le nom de que l’on donne à une sorte de prémontage où l’on assemble toutes les images et sons utiles au film.

Bien souvent la durée est bien supérieure à la version définitive et peut facilement tenir sur plusieurs heures. Je bascule dans Premiere Pro, le deuxième programme de montage utilisé dans la post-production du film.

On a passé en revu les premières 20 minutes des rushes caméras (en excluant donc les images drones d’hier) avec pour objectif de faire un premier nettoyage et de retirer tous les prises purement et simplement inutilisables même en bricolant : problèmes de mise au point, d’exposition, de cadrage, etc… À ce stade, on ne fait pas encore de vrai choix de montage mais on coupe toutes les séquences inutiles comme les apartés et les discussions avec l’équipe technique. Ces premières séquences nécessitent vraiment d’avoir l’estomac bien accroché car les images bougent dans tous les sens…

Je me souviens de cette première journée de tournage où l’on retrouvait Samir après environ 3 heures de route à travers la montagne. Nous avions quitté Toulouse de bonne heure avec toutes nos affaires au volant de notre fidèle Seat Leon de location qui nous accompagnera tout au long de l’aventure.

À peine le temps d’arriver et d’acheter un pack d’eau que c’est déjà l’heure de commencer la première journée de tournage. On charge nos sacs à dos de tout ce que l’on peut prendre comme matériel technique et c’est parti… on laisse nos tentes et toutes nos affaires personnelles dans la voiture en pensant la retrouver le soir même.

Mais cette première nuit sur le GR10 se fera à la montagne de façon totalement imprévue dans un des décors les plus emblématiques du film, un refuge pastoral en plein cœur de la montagne juste à côté d’un torrent d’eau de source…

Je profite de cette première session de montage pour retravailler mes raccourcis clavier personnalisés, étape capitale pour un monteur. Pourquoi ? Parce que monter en utilisant la souris est beaucoup plus chronophage qu’avec le clavier. Ce n’est que quelques secondes de plus… mais lorsque que l’on multiplie par le nombre d’étapes, on constate vraiment un grand gain de temps en travaillant au clavier. Donc moins on touche la souris, mieux on se porte 🙂

Samir parle beaucoup dans ces premières images, car cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait croisé personne ! Une aubaine pour nous qui nous permet de découvrir dès notre arrivée le contexte et les grandes lignes de son aventure.

 — -

Here we are.

First editing session where we start the raw-cut of ‘Flight Mode’, in French we call that a “bear”! Nothing to do with the animal living in the Pyrenees, that’s also the name we give to a pre-cut where we put together all the images and sounds useful for the film.

Often the duration is much longer than the final version and can easily last for several hours. I switch to Premiere Pro, the second editing program used in the post-production of the film.

We went through the first 20 minutes of the camera rushes (thus excluding yesterday’s drone images) with the aim of doing a first cleaning and removing all the plugs that were purely and simply unusable even while tinkering: focusing problems, exposure, framing etc…

At this stage, we do not yet make real editing choices, but we cut all the unnecessary sequences such as asides and discussions with the technical team.

These first sequences really require to have a good stomach because the images are wiggling a LOT!

I remember that first day of filming where we met Samir after about 3 hours of driving through the mountains. We left Toulouse early with all our belongings behind the wheel of our trusty rental Seat Leon, which will accompany us throughout the adventure.

Barely enough time to arrive and buy a water pack, it’s already time to start the first day of filming. We load our backpacks with everything we can take as technical equipment and let’s go … we leave our tents and all our personal belongings in the car, expecting to find it the same evening.

But this first night on the GR10 will take place in the mountains in a completely unexpected way in one of the most emblematic settings of the film, a pastoral refuge in the heart of the mountain right next to a torrent of spring water…

I take advantage of this first editing session to rework my personalized keyboard shortcuts, which is essential for an editor. Why ? Because editing using the mouse is much more time-consuming than using the keyboard. It’s only a few seconds longer… but when you multiply by the number of steps, it really saves a lot of time working on the keyboard. So the less you touch the mouse, the better you are 🙂

Samir talks a lot in these first shots, as it has been several days since he met anyone! A godsend for us which allows us to discover from our arrival the context and the main lines of his adventure.

No Comments

Leave a Reply